Conduire au printemps : les précautions pour votre séurité

Publié le : 23 novembre 20227 mins de lecture

« Enfin ! » Cette exclamation a peut-être traversé vos lèvres alors que les premiers rayons de soleil du printemps ont fait leur apparition. Les jours s’allongent, s’éclairent et se réchauffent, le printemps est à vos portes. L’hiver est l’histoire, et avec lui les soucis des routes gelées, des rafales de neige sauvage et des batteries usées. Mais quiconque s’enhardit maintenant dans une voiture pourrait, dans le pire des cas, le regretter amèrement. Après tout, des dangers potentiels attendent également les automobilistes au printemps. Voici les plus importantes et sachez comment vous en protéger.

Ne laissez pas vos émotions prendre le dessus

Il a été prouvé que l’humeur monte lorsqu’il fait beau, surtout après l’hiver, vous ne pouvez guère s’attendre à du soleil et de la chaleur. Et avec le soleil dans le cœur, le désir d’appuyer un peu plus fort sur l’accélérateur et de ne pas toujours respecter exactement la limite de vitesse augmente. Mais attention ! Beaucoup d’autres automobilistes pensent de même, d’autant plus qu’avec le printemps, les chantiers se réveillent, les manœuvres douteuses et les embouteillages liés aux chantiers sont préprogrammés. Alors allez-y doucement, selon la devise : la bonne humeur est rarement au rendez-vous !

De la glace noire au printemps ?

Vous pensez peut-être que ce n’est pas possible, mais même au printemps, les routes peuvent être glissantes. Surtout aux petites heures du matin, lorsque le soleil n’est pas encore en mesure d’endommager la glace et le gel, il est souvent encore miroitant après des nuits de gel. Vous devez donc toujours vous attendre à une chaussée glissante dans des endroits ombragés pendant le reste de la journée.

La glace noire de l’hiver est souvent la raison de dangers encore plus sous-estimés : les dommages causés aux routes et le gravier meuble sur la route. Les mauvaises conditions météorologiques en hiver ont un impact important sur la surface des routes, de petites fissures ou des nids de poule plus importants en sont souvent la conséquence. En outre, il y a souvent beaucoup de roll-split sur la route. S’il était encore un fidèle auxiliaire en hiver parce qu’il vous donnait une bonne adhérence sur les routes mouillées, son avantage sur les routes sèches est inversé. Il peut donc s’occuper de l’un ou l’autre dérapage. Veillez donc à rouler à une vitesse raisonnable, surtout dans les virages et avant les carrefours.

Vous n’êtes pas seul conducteur

Il n’y a pas que vous, en tant que conducteur de voiture, qui êtes heureux de bénéficier d’un temps plus clément et de températures plus chaudes. Les motards et les cyclistes mettent progressivement fin à leur  » hibernation » et attendent avec impatience de pouvoir enfin sortir leurs machines et leurs vélos du garage et de la cave. Cela signifie pour vous : Restez toujours vigilant et sachez que vous n’êtes désormais plus seul parmi les automobilistes sur la route. Un regard supplémentaire à gauche et à droite ne fait pas de mal !

Un coucher de soleil n’est pas toujours romantique

Les couchers de soleil ont quelque chose de magique : le soleil se couche et baigne le ciel d’une lumière fascinante. Cependant, cette magie s’évapore dès que vous êtes assis dans la voiture et que vous ne voyez presque rien à cause du soleil bas. Même les lunettes de soleil ne peuvent aider que de façon limitée.

Votre sauveur dans ce cas : le pare-soleil. Mais assurez-vous de coordonner votre position assise avec le pare-soleil. Presque un conducteur sur deux s’assoit trop bas, le pare-soleil n’est donc d’aucune utilité. Veillez également à ce que les fenêtres soient propres à l’intérieur et à l’extérieur. Un mélange d’eau salée séchée provenant du dernier voyage en hiver couplé à un soleil bas vous garantit une seule chose : voler en aveugle !

Non seulement l’être humain devient plus actif

Il n’y a pas que les humains, qui sont plus à l’aise dans les températures chaudes. De nombreux animaux deviennent également plus vifs et partent à la recherche de nourriture ou marquent leur territoire. Vous devez donc vous attendre à des passes de gibier, surtout à la lisière de la forêt ou dans la forêt elle-même. Faites attention aux animaux au bord de la route, surtout au crépuscule, car ils sont particulièrement actifs à cette heure.

Si un animal apparaît devant vous sur la route, éteignez le feu de route s’il est allumé, car il aveugle l’animal et le fige ainsi. Au lieu de cela, klaxonnez et freinez à fond sans tourner le volant. Une collision contrôlée avec l’animal est moins dangereuse qu’une tentative d’évasion, car vous pourriez facilement vous retrouver dans la circulation en sens inverse et risquer un impact plus grave.

Attaque du vol du pollen

Non seulement la faune mais aussi la flore font que la conduite d’une voiture au printemps est une tâche délicate, surtout pour les personnes allergiques. Pendant la saison pollinique, les yeux larmoyants et le nez qui coule sont à l’ordre du jour. Une vision restreinte ou de graves crises d’éternuement sont souvent la cause d’un manque de concentration et peuvent provoquer des accidents inutiles.

Si vous êtes allergique, il est donc essentiel que vous gardiez les fenêtres fermées et que vous vous assuriez que le filtre à pollen est propre. Surtout après l’hiver, ce filtre est souvent bouché par le pollen de la saison précédente et doit être remplacé. Notez également ce qui suit : les médicaments contre les allergies vous fatiguent souvent. Par conséquent, si possible, prenez les préparatifs le soir pour éviter les mauvaises surprises à l’heure de pointe du matin.

Une formation à la sécurité routière vous met en forme pour le printemps

Si vous prenez ces conseils à cœur, vous devriez certainement passer le printemps. Vous voulez retrouver une routine après le long hiver et rafraîchir vos connaissances ? Une formation à la sécurité routière est un bon choix. Reconnaissez vos limites et celles de votre voiture dans le cadre de la formation automobile intensive et faites l’expérience de la sensation de dérapage sur route mouillée. Si vous avez moins de temps à consacrer à vos bagages, le cours de formation sur les voitures compactes vous enseignera en un rien de temps les techniques de conduite et les manœuvres d’urgence les plus importantes. Quelle que soit la formation que vous choisissez : Vous serez toujours bien préparé pour arriver sain et sauf à votre destination.

Plan du site